Vies des Saints

Nos modèles et nos protecteurs

7 Avril
  6 Avril

Sainte Julienne de Mont-Cornillon

Vierge
(1193-1258)

Sainte Julienne de Mont-Cornillon
Sainte Julienne de Mont-Cornillon

La fête du Saint-Sacrement, devenue si populaire sous le nom de "Fête-Dieu", a été instituée au XIIIe siècle, grâce à l'intervention d'une humble religieuse belge nommée Julienne.

Née en 1193, au village de Retinne, près de Liège, elle eut à peine le temps de connaître ses parents, car elle devint orpheline à cinq ans. Julienne et sa soeur Agnès furent alors confiées aux Augustines de Mont-Cornillon où elles furent formées à la piété. Ayant atteint sa quatorzième année, elle entra dans la communauté des Augustines.

La simplicité et l'humilité lui furent toujours chères. Elle évitait de se produire, surtout auprès des visiteurs de distinction. Parfois, ceux-ci lui demandaient quelque entretien spirituel.

"Je suis la servante de la cuisine, répondait-elle, que voulez-vous apprendre de moi? Je sais traire les vaches, donner à manger aux poussins de la basse-cour, et autres choses semblables. Pour ce qui est de parler de Dieu, vous le ferez mieux que moi, car vous êtes instruit; et je vous écouterai volontiers."

Dès sa plus tendre enfance, Julienne avait eu une admirable dévotion envers le sacrement de l'Eucharistie; Dieu la préparait, à son insu, à la mission qu'Il devait lui confier. Un jour de l'année 1208, comme Julienne se mettait en oraison, elle aperçut un astre semblable à la lune dans son plein, mais avec une échancrure. La même vision continua à se présenter à ses regards tous les jours. Craignant d'être victime d'une illusion diabolique, elle supplia le divin Maître de l'éclairer.

Notre-Seigneur lui révéla deux ans plus tard:

"La lune représente l'Église, et l'échancrure signifie le manque d'une solennité dont Je désire l'institution. Pour réveiller la foi des populations et pour le bien spirituel de Mes élus, Je veux qu'une fête spéciale soit établie en l'honneur du sacrement de Mon Corps et de Mon Sang. Cette fête aura une solennité que ne peut avoir le Jeudi-Saint déjà occupé par la mémoire de Ma Passion. C'est toi que Je charge de t'occuper la première de cette fête et de faire connaître la nécessité de l'établir. C'est toi qui commenceras, et des personnes humbles continueront."

Persuadée d'accomplir la Volonté de Dieu, Julienne, après plusieurs années d'hésitations, alla faire connaître aux autorités religieuses la mission qu'elle avait reçue. Dès 1246, l'évêque de Liège, Robert de Torote, publia un mandement instituant la Fête-Dieu pour son diocèse. Un ancien archidiacre de Liège, devenu pape sous le nom d'Urbain IV institua la fête pour l'Église universelle, en 1264.

Julienne n'eut pas la consolation d'assister à ce triomphe survenu six ans après sa mort. Élue Prieure de Mont-Cornillon, elle fut victime d'une odieuse cabale, chassée de son couvent et alla finir ses jours comme recluse, près de l'église de Fosses, le 5 avril 1258.

J.M. Planchet, Vies des Saints, édition 1946, p. 227-228