Vies des Saints

Nos modèles et nos protecteurs

10 Mai
  

Saint Isidore le Laboureur

confesseur
(† 1170)

Saint Isidore le Laboureur
Saint Isidore le Laboureur

Saint Isidore naquit à Madrid, en Espagne, de parents très pauvres qui ne purent le faire étudier, mais lui apprirent à aimer Dieu et à détester le péché. L'enfant devint bientôt très habile dans cette science, la meilleure de toutes. Quand il fut en âge de travailler, il se plaça comme laboureur chez un riche habitant de la ville, nommé Jean de Vargas.

Plus tard, il épousa une femme aussi pauvre et aussi vertueuse que lui, et il eut un enfant auquel il enseigna le service de Dieu. Un jour, cet enfant tomba dans un puits; ses parents, désolés, adressèrent au Ciel de si ferventes prières, que l'eau du puits s'élevant jusqu'en haut, y apporta cet enfant plein de vie et de santé. En reconnaissance, les deux époux se séparèrent et vouèrent à Dieu une continence perpétuelle.

Quoique occupé du grossier travail de mener la charrue, saint Isidore n'en avait pas moins des heures fixes et réglées pour ses exercices de piété. Les jours ordinaires, après avoir passé une partie de la nuit en oraison, il se levait de grand matin et s'en allait visiter les principales églises de Madrid; les jours de fête étaient entièrement consacrés à suivre les offices et à prier.

Jamais il ne négligeait en rien son travail; malgré cela, ses compagnons l'accusèrent auprès du maître, qui voulut s'assurer par lui-même de la vérité; il regarda Isidore travailler, et vit deux Anges aider le Saint. Dès lors, Jean de Vargas conçut la plus grande estime pour son serviteur, et les bénédictions du Ciel se répandirent sur sa maison. Saint Isidore opéra des miracles en sa faveur; il rendit la vie à un cheval dont on avait grand besoin; la fille de Jean de Vargas étant morte à la suite d'une maladie douloureuse, il la ressuscita. Un jour, en frappant du pied la terre, il fit jaillir, afin d'étancher la soif de son maître, une fontaine qui coule encore. À la suite de ces miracles, Jean de Vargas se déchargea sur saint Isidore du soin de sa maison.

Saint Isidore était pauvre, et cependant il trouvait le moyen de se montrer libéral envers les indigents; il partageait avec eux son dîner, et un jour qu'il avait tout donné, il pria sa femme d'aller voir s'il ne restait pas quelque chose: celle-ci trouva le plat qui venait d'être vidé, aussi plein que si personne n'y eût touché. Une autre fois, il avait été invité à un dîner de confrérie, et ses dévotions le retinrent si longtemps, qu'il arriva quand tout était fini.

Une multitude de pauvres le suivaient comptant sur ses restes. Les confrères lui dirent, d'assez mauvaise humeur, qu'on lui avait gardé sa part, mais qu'il n'y avait rien pour les mendiants. "C'est assez, répondit-il, cela suffira pour moi et pour les pauvres de Jésus-Christ." En effet, on trouva un repas entier là où on n'avait mis de côté que quelques morceaux.

La femme de saint Isidore, de son côté, donnait des marques d'une sainteté aussi grande que celle de son mari. Elle aussi faisait des miracles. Retirée dans un petit héritage, près de l'ermitage de Caraquiz, elle avait à traverser une rivière pour se rendre à une église de la Sainte Vierge qu'elle fréquentait assidûment. Un jour, elle trouva cette rivière débordée, et, avec une entière confiance dans la puissance de Dieu, elle détacha son tablier, l'étendit sur les eaux, et, à l'aide de cette barque d'un nouveau genre, passa tranquillement à l'autre bord.

Saint Isidore mourut avant sa femme, en 1170, et on l'enterra sous une gouttière, dans le cimetière de Saint-André, où il fut oublié quarante ans. Alors le Saint apparut à une dame vertueuse pour la presser de procurer l'élévation et la translation de son corps. Quand on l'eut retiré de terre, il fut trouvé aussi frais et aussi sain que s'il venait de mourir; un parfum de délicieuse odeur embauma les airs, et toutes les cloches sonnèrent d'elles-mêmes. L'église de Saint-André fut choisie pour recevoir ses saintes reliques; on y vit un grand concours de peuple; de nombreux miracles s'opérèrent et firent croître et grandir la dévotion à saint Isidore.

L'histoire de l'Église et la vie des Saints démontrent que la sainteté a fleuri, au cours des siècles, dans toutes les classes de la société et dans les milieux les plus divers, chez de tout jeunes enfants comme chez des adultes ou des vieillards. La sainteté est une carrière ouverte à tous, selon la parole de Jésus Lui-même: Soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait. (Mt. 5, 48) Avec la grâce de Dieu, tout chrétien est donc destiné à la sainteté, car la volonté de Dieu est que vous soyez saints, (I Thess. 4, 3) enseigne saint Paul. Toutefois, il est bien évident que personne ne peut devenir saint malgré lui! "Un saint, a écrit saint Thomas d'Aquin, est une âme dans laquelle le Saint-Esprit a carte blanche," c'est-à-dire pleine liberté d'action. C'est une âme fidèle aux inspirations de la grâce, attentive à réaliser le bon plaisir de Dieu, à bien porter la croix à la suite du divin Maître. Tel a été saint Isidore, à la suite de bien d'autres Saints, nos modèles. Patron des Laboureurs et patron de la ville de Madrid, en Espagne, il mena une vie toute simple et tout extraordinaire à la fois. Simple extérieurement, parce que semblable à la vie de tant d'ouvriers et de travailleurs des champs; extraordinaire, parce que vivifiée par un intense esprit de prière, de renoncement évangélique, et d'amour pour Dieu et le prochain.

P. Giry, Vie des Saints, p. 241