Vies des Saints

Nos modèles et nos protecteurs

4 Mars
  

Saint Casimir

Prince de Pologne
(1458-1483)

Saint Casimir
Saint Casimir

Saint Casimir nous apprend par sa vie comment l'éclat de la chasteté peut s'allier avec celui des grandeurs humaines. Dès sa jeunesse, il eut soin de fuir les faux attraits du monde, son plaisir le plus doux était de passer plusieurs heures de suite au pied des autels et de faire la cour à Jésus-Christ, le Roi des rois. Il macérait son corps frêle et délicat par les jeûnes et les disciplines, et souvent il passait les nuits entières sur la terre dure, quelquefois même à la porte des églises, où il priait, le visage contre terre.

La dévotion tendre de Casimir pour Jésus Crucifié lui faisait verser d'abondantes larmes à la seule vue d'un Crucifix. Quand il assistait au saint Sacrifice de la Messe, il n'était pas rare de le voir transporté hors de lui-même au moment où la céleste Victime descendait du Ciel entre les mains du prêtre.

Parmi ses vertus, on en loue deux avant toutes les autres: sa charité et sa pureté. Il ne parlait jamais des défauts du prochain. Il avait des paroles enflammées quand il s'entretenait sur la beauté de l'innocence: "Quelle belle vie, s'écriait-il, que celle de l'état de grâce! C'est la vie des anges et des bienheureux dans le Ciel!"

Sa vue seule inspirait la chasteté à ceux qui avaient occasion de converser avec lui. La sauvegarde d'une vertu si extraordinaire était une dévotion peu commune à la Sainte Vierge. Il ne L'appelait que sa bonne Mère, n'en parlait qu'avec tendresse et dans les termes les plus capables d'inspirer aux autres son ardent amour. Il a exprimé les pieux sentiments qui débordaient de son âme pour Marie dans une hymne célèbre qui commence ainsi: "Chaque jour, ô mon âme, rends tes hommages à Marie; célèbre dévotement Ses fêtes et chante Ses vertus." Non content de réciter tous les jours cette hymne, il voulut encore être enterré avec elle, et on la trouva, cent vingt ans après sa mort, dans son tombeau.

Son dévouement pour les pauvres et les malheureux était si grand, qu'il reçut le surnom de Père et défenseur des pauvres et des misérables. A ceux qui lui reprochaient de descendre au-dessous de son rang dans les soins qu'il donnait aux indigents, il répondait: "N'est-ce pas un honneur que de servir Jésus-Christ dans Ses membres?"

Casimir reçut révélation du jour et de l'heure de sa mort, qui arriva le 4 mars 1483. Le pieux prince avait vingt-cinq ans à peine; mais, dans sa courte carrière, il fit plus de bien à son peuple, par l'exemple de ses vertus, que des hommes célèbres pendant un long règne. La sainteté est plus féconde que le génie.

Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950