Vies des Saints

Nos modèles et nos protecteurs

14 Avril
  

Saint Bénézet ou Benoît

Berger
(1165-1184)

Saint Bénézet ou Benoît
Saint Bénézet ou Benoît

Saint Bénézet vint au monde en Savoie. Il fut élevé sous le toit de chaume de ses parents, qui lui apprirent de bonne heure à aimer Dieu.

Quand il eut douze ans, sa mère, devenue veuve, l'employa à la garde des troupeaux. Or, un jour, dans la campagne, Bénézet entendit trois fois cette parole:

"Bénézet, Mon fils, écoute la voix de Jésus-Christ. Je veux que tu laisses ton troupeau et que tu ailles Me bâtir un pont sur le Rhône.

-- Mais, Seigneur, je ne sais où est le Rhône, et je n'ose abandonner les brebis de ma mère.

-- Va, Je serai avec toi; tes brebis retourneront à l'étable, et Je vais te donner un compagnon qui te conduira.

-- Mais, Seigneur, je n'ai que trois oboles; comment pourrai-je construire un pont sur le Rhône?

-- Va, Mon fils, Je te donnerai les moyens."

Et l'enfant laissa sa mère et son troupeau, pour obéir à la voix du Ciel. Un ange, sous la forme d'un pèlerin, vint tout à coup s'offrir pour le conduire. Quand ils arrivèrent au bord du Rhône, Bénézet, saisi de frayeur à la vue de la largeur du fleuve, s'écria:

"Il est impossible de faire un pont ici.

-- Ne crains rien, dit le guide, Dieu sera avec toi: va vers ce batelier, qui te fera passer le fleuve, et tu iras te présenter à l'évêque d'Avignon et à son peuple." En disant cela, l'ange disparut.

L'enfant se rendit à la cathédrale. L'évêque y parlait à son peuple; mais Bénézet l'interrompit en disant: "Écoutez-moi; Jésus-Christ m'a envoyé vers vous pour construire un pont sur le Rhône."

L'évêque, indigné, le mit entre les mains de l'autorité civile, devant laquelle il renouvela sa demande avec tant de fermeté, qu'il lui fut dit: "Voici une pierre énorme; si tu peux la remuer et la porter, nous croirons que tu peux faire le pont."

Et bientôt le petit berger, à la vue de l'évêque et de toute la ville portait une pierre de trente pieds de longueur sur dix-sept de largeur, que trente hommes n'auraient pu soulever. On devine l'enthousiasme universel. Cet enthousiasme augmenta encore quand on vit Bénézet, dès ce jour, rendre la vue aux aveugles, l'ouïe et la parole aux sourds-muets, et la facilité de marcher aux boiteux.

L'envoyé de Dieu commença par fonder une corporation d'ouvriers faiseurs de ponts. Après sept ans de travaux, le pont, d'une longueur immense, n'était pas encore achevé. Bénézet mourut à dix-neuf ans. Sa mémoire est restée en bénédiction.

Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950